• U2, LES DIEUX DU STADE

    Ils sont quatre... Ils déchaînent les foules... Ils ont vendu près de 200 millions d’albums... Les places de leurs concerts se vendent régulièrement en moins d’une heure... Depuis plus de trente ans, les Irlandais de U2, sous l’égide de Bono et de The Edge, enflamment les salles de concert du monde entier.

     (ARCHIVES)

    L’aura de U2 est telle qu’elle se confond avec celle de ces illustres prédécesseurs, comme leurs voisins de Liverpool, les Beatles, avec lesquels ils partagent d’ailleurs une certaine forme d’engagement, et de Londres, les Rolling Stones, pour leur énergie et le goût de la démesure.

    Le groupe U2 s’est formé – ou presque – sur les bancs du lycée, en 1976. D’après la légende, la naissance de U2 a lieu de la façon suivante: une annonce placardée dans les couloirs de la Mount Temple Comprehensive School de Dublin invite les candidats chanteurs à se présenter à une auditionBono – le surnom de Paul David Hewson est déjà né à cette époque –, se rend au rendez-vous fixé au domicile de Larry Mullen, un batteur. Il a 16 ans. Il y rencontre Dave Evans, dit The Edge, guitariste, et enfin Adam Clayton, bassiste. Ils n’en attendaient plus qu’un. La légende du groupe fait de la cuisine des Mullen le point de départ de l’aventure U2. La formation, qui choisit d’abord le nom de Feedback puis de The Hyperéunit donc dès l’origine les membres qui composent encore aujourd’hui U2. Après un an de répétitions, les quatre adolescents commencent à se produire dans de petits concerts.

     

    Rendez vous avec le succès

    Au début, le groupe se fait les dents avec des reprises de leurs aînésBeatles, Beach Boys, Rolling Stones... Leurs compositions personnelles sont largement inspirées par le conflit qui oppose l’Irlande et la couronne britannique. En mars 1978, U2 remporte un concours musical organisé par la chaîne CBS.               Le groupe gagne quelques heures de studio d’enregistrement et une prime de 500 livres. Paul McGuinness va dès lors les prendre sous son aile (il est à l’époque le manager des Stranglers). U2 va assurer la même année les premières parties du groupe, puis entreprendre une tournée solo assez conséquente pour un groupe à peine sortie de l’œuf.

    Leur popularité grandissante sur scène contraste avec plusieurs revers essuyés auprès des maisons de disques mais après avoir enregistré sur le label CBS Irlande un EP de trois titres sorti en septembre 1979, U2 signe chez Island en avril 1980. L’histoire est en marche

     

    Vidéo : Les débuts de U2 dans l’émission « Top of the Pops » (1979)

     

     

    Le premier opus du groupe sort dans la foulée, à la fin de l’année 1980. Intitulé Boy, il sera défendu sur scène pendant une tournée d’un an, jusqu’à la sortie d’October. Au Royaume-Uni, les quatre «Dubliners» jouent déjà à guichets fermés, mais c’est leur troisième opus, War, qui leur apporte une notoriété internationale dans toute l’Europe, puis bientôt aux Etats-Unis. Sorti en 1983, War atteint directement la première place des charts anglais. Il consacre U2 aux Etats-Unis, qui devient alors un « groupe de stades ». L’album recèle quelques chansons aux allures d’hymnes générationnels, repris par la foule le poing levé, pleine de ferveur dans la voix. S’ouvrant sur le désormais classique « Sunday Bloody Sunday » faisant écho à la répression sanglante de manifestations à Belfas, « Two Hearts Beat As One » et « New Year’s Day », l’album est celui de la consécration. Confirmant les promesses qu’avaient laissé entrevoir ses deux prédécesseurs,Boy et October, il marque l’apogée du premier cycle du groupe, ainsi que la naissance du caractère engagé du groupe de Dublin.

     

    Vidéo : « Sunday Bloody Sunday » (1983)

     

     

    Cette année-là, U2 prend le chemin des compositions collectives. Pas de secret pour devenir incontournable : il faut des morceaux que tout le monde reprenne et des concerts qui marquent les esprits. En ce sens, les tournées au Japon, en Europe, aux Etats-Unis et en Australie sont gigantesques. Après la trilogie initiale, qui lui a permis de s’imposer en Europe, U2 entame un nouveau cycle et part à la conquête des Etats-Unis. Sa musique évolue, intégrant des sonorités plus blues et soul et culmine avec The Joshua Tree (1987), porté par les tubes « Where the Streets Have No Name »« I Still Haven’t Found What I’m Looking For » et « With Or Without You ». Enorme succès commercial, il se classe en tête des hit-parades de 23 pays, dont les Etats-Unis, où il est certifié platine 48h après sa sortie, devenant ainsi l’album le plus rapidement vendu de l’histoire. Désigné comme meilleur album de l’année 1986 aux Grammy Awards, Teh Joshua Tree permet d’établir définitivement U2 comme un groupe de renommée mondiale.

     

    Vidéo : « With Or Without You » (1987)

     

     

    Un autre album fera date : Achtung Baby (1991), qui sort après une retraite berlinoise. Enregistré à Berlin, introduit une nouvelle mutation musicale de la bande à Bono. L’apparition dequelques effets numériques et synthétiseurs discrets laisse présager de la forte coloration synthétique qui caractérisera l’album suivant, Zooropa. Considéré comme le chef-d’œuvre du groupe, aussi bien par les fans que les critiques, le disque culmine avec le titre « One », consacré tube planétaire depuis. Complétée par Pop, cette nouvelle trilogie inaugure aussi le passage aux tournées démesurées à travers les plus grands stades du monde.

     

    Vidéo : « One » (1991)

     

     

    Bono, pour un monde plus juste

    A partir du milieu des années 1980, commence la sensibilisation à la détresse du tiers-monde.C’est un séjour en Ethiopie en 1985 avec sa femme qui a transformé Bono. A compter de ce moment-là, il n’a plus vu le monde de la même manière. Quelque chose pour lui a changé radicalement. Pourtant déjà engagé, il s’est découvert une véritable cause à servir. Il utilise désormais sa notoriété pour lutter contre les malheurs de l’Afrique. Pourquoi des stars comme Bono ressentent-elles le besoin de brandir un étendard ? Peut-être pour se détacher des trop nombreux succès qui les entourent et de l’amour qu’ils reçoivent, pour prendre de la distance par rapport à la réussite et à l’argent que cela génère. Pour le chanteur de U2, à en croire les déclarations de ses proches, son engagement pour l’annulation de la dette des pays du tiers-monde résulte d’une violente prise de conscience de la pauvreté des populations du continent africain.

     

    Vidéo : « Ajibar » de Bono (1985)

     

     

    Le déclic a eu lieu peu après le concert « Live Aid », un concert caritatif gigantesque organisé en faveur de l’Ethiopie par Bob Geldof, resté emblématique, en 1985.. Le chanteur de U2 s’y était rendu avec sa femme. A leur retour, Bono déclare sur MTV: « Nous avons vécu pendant quelque temps sous une petite tente. Le camping dans lequel nous restions était entouré de fils barbelés et je me souviens d’un matin où nous avons constaté que nous étions entourés de familles entières qui venaient mendier. C’était très touchant. Je m’en souviendrai toute ma vie... » De ce voyage naît la chanson « Ajibar », dont le titre est emprunté à cette ville du nord de l’Ethiopie où le couple a séjourné.

    Il y aura aussi et surtout « Where the Streets Have No Name » qui ouvre leur meilleur album,The Joshua TreeUn standard pour le groupe, un tube. Bono reste convaincu qu’il n’écrira pas de plus beaux textes« Nous avons vu le désespoir au quotidien. Les gens nous laissaient leurs enfants enveloppés dans des tapis, certains étaient vivants, d’autres ne l’étaient plus ». « Where the Streets Have No Name », portée par une introduction étourdissante, est devenue leur chanson fétiche, jouée depuis à chaque concert du groupe.

     

    Vidéo : U2 chante « Where The Streets Have No Name » en concert (1987)

     

     

    Mais tout au long de la décennie suivante Bono se consacre à sa vie personnelle (ses quatre enfants naissent en 1989 et 2001) et au groupe, qui triomphe. Le début de l’engagement concret de Bono remonte au début des années 2000.

     

    Sur tous les fronts

    Bono fut l’ambassadeur du projet Jubilee 2000, la campagne internationale pour annuler de la dette des pays du tiers-monde, puis du NetAid, une initiative qui utilise Internet pour promouvoir le développement des pays pauvres. En 2002, il crée ainsi son organisation internationale, baptisée DATA (acronyme anglais pour Dette, sida et commerce avec l’Afrique) qui mène un combat pour l’annulation de la dette des pays du tiers-monde. DATA a fusionné avec One, une autre organisation «de campagne et de plaidoyer» cofondée par la rock star et soutenue par près de 2 millions de personnes. En 2005, à l’occasion du forum de Davos où il apparaît régulièrement, le chanteur de U2, en businessman averti, crée la fondation Red, qui se donne pourmission de lutter contre le sida sur le continent africain. Bono conclut des partenariats avec différentes firmes internationales comme Apple, Motorola ou Gap, pour vendre des produits estampillés «Red», dont les profits vont financer les actions de la fondation.

     

    Vidéo : « Pride (In The Name Of Love) » (1984)

     

     

    Les membres du groupe ont souvent raconté ce genre d’anecdote : Bono pendu au téléphone en pleine session d’enregistrement, avec, au bout du fil, Bill Clinton ou Nelson Mandela... Au cœur de l’échange, la pauvreté, la dette, le sida, les désastres climatiques. Difficile de faire raccrocher Bono lorsqu’il se lance dans un plaidoyer pour l’Afrique. En décembre 2005, on peut lire dans le magazine Rolling Stone : « C’est eux (les dirigeants politiques, ndlr) qui devraient avoir peur, parce qu’ils seront tenus pour responsable pour ce qui est arrivé de leur vivant. Je me positionne en tant que représentant des plus pauvres et des peuples les plus vulnérables. Je donne un coup-de-poing et le poing appartient aux peuples qui ne peuvent pas être là, je représente leur rage, leur colère, leur peine. Même si je me dois de faire attention à ce qui sort de ma bouche quand je rencontre le président Bush ». Pour Bono comme pour de nombreux autres, la dette qui continue de peser sur les pays pauvres est une forme d’oppression des pays riches à leur encontre. Cette dette est insolvable car, pour la plupart des pays, elle dépasse le produit intérieur brut. Une impasse qui sera au cœur des réflexions pendant la semaine mondiale pour l’annulation de la dette.

    Devenu l’un des porte-voix du continent africain, Bono a plusieurs fois été récompensé pour son engagement humanitaire. Il a même été trois fois proposé pour le prix Nobel de la paix, avant de recevoir le titre d’« Homme de la paix » pour l’année 2008.

     

    Vidéo : « Wild Honey » (2000)

     

     

    U2 au XXIe siècle

    En 1998 paraît un best of, événement qui correspond souvent au chant du cygne d’un groupe. Ce ne sera pas le cas pour U2, qui entame au tournant du millénaire une quatrième séquence artistique avec All That You Can Leave Behind, qui sera suivi de How To Dismantle An Atomic Bomb et, en 2009, de No Line On The Horizon

    Pour ce 12e volet en studio, U2 a retrouvé les producteurs Brian Eno et Daniel Lanois, déjà présents sur Joshua Tree (1987). Pourtant, après trente ans de carrière, le quatuor fait dansl’expérimentation sonore. Le rock carré de How to Dismantle an Atomic Bomb, sorti il y a cinq ans, fait aujourd’hui place à un rock ouvert à des expériences synthétiques (nappes électro lounge sur « Unknown Caller et Moment of Surrender ») mêlées à des nimbes de guitares et quelques touches orientales (« Fez-Being Born »). Précédé par le single « Get on Your Boots », titre le plus musclé de l’album, No Line on the Horizon alterne tristes constats sur l’état du monde et notes d’espoir : « Chaque génération a une chance de changer le monde », lance le très engagé Bono sur la pop « I’ll Go Crazy if I Don’t Go Crazy Tonight ». Trois morceaux rock (« No Line on The Horizon », « Breathe » et un « Stand Up Comedy » qui exhorte à se battre pour l’amour, avec un riff de The Edge qui rappelle Led Zeppelin) y côtoient notamment un épique « Magnificent ». Côté larmes, le poignant « Cedars of Lebanon », où Bono se glisse dans la peau d’un reporter au Liban.

    Si le succès populaire et commercial ne se dément toujours pas, fans de la première heure et critiques s’accordent à reconnaître que le U2 du XXIe siècle, bien qu’il reste efficace, a perdu en route un peu de son inspiration et de sa capacité à se réinventer constamment. A moins qu’il ne faille juste attendre la prochaine trilogie.

     


    Publié le 17/08/2013 par directmatin.fr

    Lien permanent : http://www.directmatin.fr/culture/2013-08-17/u2-les-dieux-du-stade-514628


    votre commentaire
  • http://i23.servimg.com/u/f23/12/83/95/61/u2-no-10.jpgLe 19 décembre 2008, est annoncée la sortie officielle du douzième album, No Line On The Horizon. Le premier single de l'album, Get On Your Boots est diffusé sur toutes les radios du monde un mois plus tard, le matin du 19 janvier 2009. Ce single sort le 16 février. L'album, lui, est dans les bacs le 27 février pour l'Irlande, la France, et l'Allemagne, puis le 2 mars pour le Royaume-Uni, et enfin le 3 mars pour les États-Unis. Le disque, qui renoue largement avec les atmosphères expérimentales chères à Brian Eno, est produit à Fez, New York et Londres. Le coffret collector de l'album propose le film Linear réalisé par Anton Corbijn et qui illustre toutes les chansons de l'album.

    La tournée, annoncée le 9 mars 2009, débutera par des concerts en Europe, et non pas aux États-Unis comme le groupe en a donné l'habitude depuis les années 1980. Selon les premières informations, ce sera une tournée en stades, avec une scène centrale. Le 27 février 2009, en plein cœur de Londres, U2 a donné un concert promotionnel sur le toît de l'immeuble de la BBC30, faisant directement référence à une prestation identique donnée dans la même ville (mais sur le toît de l'immeuble de leur compagnie Apple) par les Beatles 40 ans plus tôt.

    Au cours de la tournée intitulée The U2 360° Tour, qui a commencé le 30 juin 2009, le groupe a soutenu vivement le Mouvement vert iranien, en chantant Sunday Bloody Sunday, montrant les photos des manifestants en Iran et utilisant la lumière verte pour la scène. Durant le mois suivant la mort du Légendaire Roi de la Pop, Michael Jackson, U2 interpréta des extraits de tubes du King of Pop comme Man In the Mirror, Don't Stop 'Til You Get Enough ou Billie Jean, à la fin des chansons Angel of Harlem et Desire, dédicacées chaque soir à Michael Jackson. Le 25 octobre 2009, leur concert au Rose Bowl est diffusé en direct partout dans le monde sur le site internet Youtube. 24 millions de personnes le suivront ainsi. Ce concert est sorti en DVD le 7 juin 2010 en Europe.

    "Source Wikipédia"


    votre commentaire
  • http://i23.servimg.com/u/f23/12/83/95/61/joshua10.jpgLe 9 mars 1987, sort The Joshua Tree, cinquième album studio toujours produit par Brian Eno et Daniel Lanois. U2 y approfondit son nouveau style musical ébauché dans The Unforgettable Fire, et propose des compositions très différentes de celles des trois premiers albums. L'album traduit l'amour du groupe pour l'Amérique et notamment pour la musique américaine. Le groupe sait toutefois se montrer critique à l'égard de certains aspects du pays (politique, société, ...) avec Bullet the Blue Sky, chanson jouée à chaque tournée. Lors de la tournée Elevation Tour 2001, une citation de Charlton Heston, président de la National Rifle Association qui milite pour le maintien du second amendement de la Constitution américaine autorisant la possession d'armes à feu pour les particuliers, précède le morceau.

    Cinq singles seront extraits de l'album, dont With Or Without You. The Joshua Tree devient l'album le plus rapidement vendu au monde, en étant certifié platine aux États-Unis moins de 48 heures après sa sortie. Il se classe en tête des hit parades dans vingt-deux pays, les ventes dépassent les 15 millions d'exemplaires (+ de 28 millions à ce jour).

    Une tournée débute au printemps aux États-Unis, atteint l'Europe juste avant l'été pour finalement s'achever aux États-Unis de septembre à décembre. Près de neuf mois de tournée, avec plus de cent concerts, le Joshua Tree World Tour consolide le succès du groupe. Deux Grammy awards (Album of the year, Best Rock Performance), un Best International Group Award aux BPI Awards, des milliers de couvertures de journaux dont celle, chose rare, de Time Magazine, qui titre « U2 Rock's Hottest Ticket » et consacre six pages au groupe. Un privilège qui auparavant n'avait été accordé qu'aux Beatles et aux Who.

    U2 avait en outre chargé Phil Joanou de réaliser un documentaire au format cinéma durant la tournée Joshua Tree World Tour. Le tournage débute lors des concerts américains à l'automne. La tournée s'achève un soir de décembre 1987, à Tempe en Arizona, là où le Joshua Tour avait commencé. U2 retourne en studio pour compléter le projet avec des chansons enregistrées en studio. Plusieurs mois de travail seront nécessaires pour achever la production du film avec Paramount, et un double album accompagne sa sortie en octobre 88. Le long-métrage comme l'album s'intitule Rattle and Hum. On y retrouve le single Desire, ainsi que diverses collaborations avec BB King, Bob Dylan, Cowboy Jack Clements ou même les New Voices of Freedom, une chorale gospel de New York, avec qui Bono chante I Still Haven't Found What I'm Looking For. Le succès du film, tant auprès des critiques que du public, est relativement mitigé.

    Début août 1989, Adam Clayton est arrêté pour possession de cannabis. Le juge chargé de l'affaire lui reprochera le mauvais exemple qu'il peut donner, considérant l'influence de U2 sur ses fans. Aucune peine de prison ne sera cependant prononcée, il écopera juste d'une amende.

    À l'automne 1989, U2 débute une tournée de cinq mois. Les concerts sont complets instantanément et de nombreuses dates doivent être ajoutées. Huit concerts ont finalement lieu à Sydney et sept à Melbourne. Le Lovetown Tour débute le 21 septembre 1989 à Perth dans l'ouest australien et pendant plus de deux mois, le groupe parcourt l'Australie, la Nouvelle-Zélande ainsi que le Japon, pour le dernier concert, le 1er décembre. C'est une tournée en salles avec de multiples concerts dans chaque ville, sauf en Nouvelle-Zélande où les concerts ont lieu en stades. BB King joue en première partie et interprète quelques titres avec U2 lors des rappels.

    Après le Japon, U2 ajoute encore quelques concerts en Europe. Seules quatre villes sont désignées pour les recevoir : Paris, Dortmund, Amsterdam et Dublin. Douze concerts sont donc prévus en Europe mais la tournée LoveTown est écourtée, Bono souffrant d'un virus à la gorge. Mis au repos forcé, le groupe est quand même au complet pour les quatre concerts donnés dans la capitale irlandaise. Le 31 décembre 1989, le groupe donne un concert au Point Depot de Dublin, ancienne gare où a été enregistrée une partie de Rattle And Hum, et arrive sur scène aux douze coups de minuit, démarrant sa prestation non pas avec New Year's Day comme on aurait pu s'y attendre, mais en interprétant Where The Streets Have No Name, précédée du Auld Lang Syne (Ce n'est qu'un au revoir). Le concert est retransmis dans une vingtaine de pays et suivi par cinq cent mille personnes.

    Vers la fin de la tournée, Bono laisse échapper une phrase qui en effraiera plus d'un au sujet de l'avenir du groupe : « Nous faisons une tournée d'au revoir. Nous avons passé dix années formidables. Cette tournée est une fête pour nous, pour le public, et pour ceux qui nous ont soutenus. Nous ferons autre chose la prochaine fois et il nous faut nous éloigner… Nous avons eu beaucoup de plaisir à découvrir la musique que nous ne connaissions pas. C'est la fin d'une époque pour U2. Ce n'est rien, c'est juste que nous avons besoin de nous arrêter pour recommencer à rêver ».

    À noter au cours de cette tournée, U2 fera lui-même plusieurs premières parties sous le pseudonyme "The Dalton Brothers", avec déguisement et répertoire country de circonstances.

    "Source Wikipédia"


    votre commentaire
  • http://i23.servimg.com/u/f23/12/83/95/61/rockha10.jpgLes quatre Irlandais s'éloignèrent de la scène médiatique au début des années 1990, cette absence donnant lieu à des rumeurs de séparation. Pourtant en 1990, U2 participa au projet Red Hot and Blue, un album hommage à Cole Porter dont les bénéfices allèrent à la recherche contre le sida. U2 y côtoie David Byrne, Annie Lennox, Iggy Pop, Sinead O'Connor, Les négresses vertes, Neneh Cherry, Salif Keïta, ainsi qu'Erasure. Une version de Night and Day faisant la part belle aux synthétiseurs figure sur ce disque.

    Des rumeurs circulèrent à propos de l'orientation artistique de l'album suivant, dont une copie de travail fut dérobée dans une chambre d'hôtel de Berlin en 1991. De ces copies volées, trois vinyls seront tirés, vendus sous le manteau dans une pochette noire, avec une simple inscription : The New U2 - Rehearsels And Full Versions. Plus tard, un coffret de trois CD sous le nom de Salomé sera également diffusé, dans l'illégalité la plus totale.

    En novembre 1991 sort le nouvel album, Achtung Baby, précédé de quelques semaines par le single The Fly. Enregistré à Berlin, le disque est une nouvelle fois produit par Eno et Lanois. Il se vendra à plus de 15 millions d'exemplaires. L'utilisation du phasing sur la voix de Bono, et d'effets de distorsion sur la batterie distinguent ce nouvel opus du son traditionnel de U2. Comme l'a déclaré The Edge, « The Fly, c'est le bruit de quatre types en train de scier le Joshua Tree ».

    Prenant de la distance par rapport à son statut de star planétaire, Bono déclare qu'ils ne sont finalement que « quatre imbéciles escortés par la police », « bien trop payés pour ce qu'ils font ». La nouvelle orientation du groupe, qui décide de s'adapter à son époque en utilisant les dernières technologies, partage leur public.

    La tournée promotionnelle d'Achtung Baby est baptisée Zoo TV Tour. Inspiré par la puissance des médias démontrée durant la guerre du Golfe, le show se veut interactif. Grâce à une station de télévision embarquée le groupe pourra envoyer les images de ses propres concerts n'importe où dans le monde, et recevoir toutes les images qu'il désire. Bono pourra faire intervenir n'importe qui pendant le concert.

    La tournée débute en février 1992. U2, ses dizaines d'écrans télé aux messages subliminaux, et les Trabants suspendues dans les airs sillonnent l'Amérique à guichets fermés, puis atteindre l'Europe, le tout pour une tournée en salles. Dans la première partie du spectacle Bono interprète uniquement des titres du dernier album, vêtu de cuir et affublé de ses lunettes de mouche. Il incarne également un personnage qu'il appelle MirrorBall man, un homme d'affaires américain à mi-chemin entre JR et Elvis Presley. La seconde partie du concert est orientée sur les précédents albums.

    La tournée se poursuit par des concerts en plein air donnés aux États-Unis. Le Outside Broadcast Tour se veut plus démesuré que le Zoo TV Tour : les écrans TV et la scène sont transportés par cinquante semi-remorques, un million de watts est déployé, le record du monde de décibels est atteint, ce qui leur vaudra quelques plaintes pour acouphènes, voire surdités. Durant la tournée Bono tourne George Herbert Walker Bush en dérision, U2 soutient ouvertement la candidature de Bill Clinton lors des élections présidentielles américaines. En mars, le magazine Q les proclame « meilleur groupe du monde » et meilleurs « songwriters ».

    La tournée traverse de nouveau l'Europe lors de l'été 1993, dans le cadre de la nouvelle tournée Zooropa, pendant que le groupe continue à explorer de nouvelles directions en studio. En plein spring-break de leur tournée, les quatre irlandais profitent des soundchecks pour composer et sont en mesure de sortir un nouvel album durant la deuxième tournée européenne. Intitulé Zooropa, il poursuit dans la voie esquissée par Achtung Baby. L'album ne rencontre pas un gros succès commercial et donne une impression de travail inachevé à certains critiques musicaux.

    Pendant ce Zooropa Tour, Bono crée un nouveau personnage, McPhisto, un double diabolique, vêtu d'un habit rouge et or, et portant des cornes, contraction de Mephisto et McDonald's. À chaque fin de concert, McPhisto décroche le téléphone et appelle en direct des personnalités souvent controversées. Parmi les plus remarquées, la nièce de Mussolini, Jean-Marie Le Pen, ou encore le manager de football Graham Taylor… Il invitera aussi sur scène Salman Rushdie, dont ce sera la première apparition en public depuis la proclamation d'une fatwa à son encontre.

    La tournée traverse enfin l'Asie et l'Océanie, pour le Zoomerang Tour. D'un concert à Sydney sera tirée la vidéo U2 Live in Sydney. Ce sera le point final de près de deux années de tournée. En 1993, le magazine Q élit U2 « Best Act in the World Today » (meilleur groupe de scène en activité) et Zooropa leur permet de recevoir le « Best Production Award » (prix de la meilleure production studio) pour la troisième fois en quatre ans. U2 remporte son 4e Brit award pour ses prestations en concert.

    "Source Wikipédia"


    votre commentaire
  • Le 15 octobre 2004 à Londres, U2 enregistre un mini-concert (comprenant trois titres du nouvel album) dans le stationnement de la BBC Television pour l'émission Top of the Pops. Le 16 novembre en Irlande, la Radio 1 de la BBC diffuse un autre mini-concert du groupe en direct. Le 22 novembre, le groupe tourne le clip de All Because of You dans les rues de Manhattan sur un camion, puis joue 11 titres sous le Brooklyn Bridge (concert gratuit). Le premier single du douzième album officiel de U2, How to dismantle an Atomic bomb, sort en novembre 2004.

    Une version piratée de How to Dismantle an Atomic Bomb, 11e album studio de U2, est en téléchargement sur plusieurs sites deux semaines avant la sortie officielle du disque, le 22 novembre 2004. Le disque se hisse dès la première semaine en tête des ventes partout dans le monde. Parallèlement à cette sortie, U2 s'associe à Apple pour sortir une série de baladeurs iPod siglés U2, ainsi que le premier coffret collector numérique, téléchargeable sur l'iTunes Music Store. The Complete Digital Box regroupe 446 titres dont des extraits de concerts, des démos, des remix, etc.

    En février 2005 sortent les singles Sometimes You Can't Make It on Your Own en Europe et All Because of You en Amérique du Nord.

     

    http://i23.servimg.com/u/f23/12/83/95/61/u2_bru10.jpgLe coup d'envoi de la tournée triomphale Vertigo // 2005 est donné le 28 mars 2005 au Sports Arena de San Diego (Californie). Ils passent dans toute l'Amérique du Nord en reprenant des titres de leur premier album, Boy, qu'ils n'avaient pas joués depuis des années, et de toute leur discographie, en faisant toutefois l'impasse sur Pop. Ils tournent le clip vidéo de City of Blinding Lights le 27 avril, à Vancouver (Canada), au General Motors Place. Le 10 mai, jour de l'anniversaire de Bono, le groupe est filmé en concert à Chicago pour un DVD. Ils tournent en Europe pendant l'été, en passant par Paris (les 9 et 10 juillet 2005) et Nice (le 5 août). Les 2 concerts au Stade de France, complets en moins de 6 heures quelques mois plus tôt, rassemblent 160 349 spectateurs ; le concert au Stade Charles Ehrmann réunit 51 900 personnes à Nice le 5 août 2005.

    Le 2 juillet sont organisés par Bono et Bob Geldof les concerts du Live 8, à Washington DC, Londres, Paris, Berlin, Rome, Moscou, Johannesbourg et Tôkyô afin de mobiliser le public sur les problèmes de l'Afrique et faire réagir les dirigeants des pays membres du G8. Ils obtiennent l'annulation de la dette des 18 pays les plus pauvres. The Edge cofonde le projet Music Rising, dans le but de rendre des instruments aux musiciens de la Nouvelle Orléans ravagée par l'ouragan Katrina.

    À l'automne, U2 retourne sur les routes de l'Amérique du Nord et repasse par sept fois au Madison Square Garden de New York ! En octobre sort le single All Because of You en Europe et en novembre Original of the Species aux États-Unis. Le 14 novembre sort le DVD U2//Vertigo//2005 Live from Chicago. La seconde tournée nord-américaine s'achève à Portland, le 19 décembre.

    U2 entame une quatrième partie de sa tournée dans le reste du monde en commençant par l'Amérique du Sud et qui aurait dû se poursuivre en Océanie, au Japon et s'achever à Honolulu (Hawaii). Les concerts océaniens, japonais et hawaiiens ont été reportés en raison de la maladie d'un proche de l'un des membres du groupe.

    Début novembre 2006, le dernier leg du Vertigo Tour reprend en Australie. Durant le concert de Brisbane, Bono revient à ses engagements humanistes avec Amnesty International en parlant d'un australien, David Hicks, retenu à la prison américaine de Guantanamo Bay. Bono réclame que David Hicks soit rapatrié et jugé en Australie (il avait été accusé de terrorisme). Le 9 décembre 2006, U2 joue le dernier concert de sa tournée mondiale Vertigo à l'Aloha Stadium (Honolulu, Hawaii), devant 45 815 spectateurs. Au cours de cette tournée, le groupe irlandais a donné 131 concerts à travers le monde, tous complets, devant 4,6 millions de spectateurs, pour une recette totale de 389 millions de dollars.

    A partir de cette période, suite à la sortie des albums All That You Can't Leave Behind en 2000 et How to Dismantle an Atomic Bomb en 2004, et compte tenu de ce que le groupe réalise depuis 1981, U2 est considéré comme le plus grand groupe de rock au monde.

    "Source Wikipédia"

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique