• http://i43.servimg.com/u/f43/12/83/95/61/campai10.jpgLes aides à l'étranger font une réelle différence. Cela peut sauver des viesmettre les enfants à l'écoleet à réduire l'extrême pauvreté.  Mais pour l'instant nous n'avons pas une image complète de combien d'argent est dépensé, où, pourquoi. 

    Avec plus de renseignements, les citoyens seraient en mesure de voir où et comment l'aide est dépenséede les mettre dans une meilleure position pour exiger que cet argent soit dépensé efficacement. 

    Rejoignez-moi en demandant aux gouvernements de rendre des aides transparentes:

    http://act.one.org/sign/make_aid_transparent?referring_akid=.5609205.hDV84h&source=taf 

    Fournir plus d'informations et mieux sur l'aide n'est pas difficile, et cela contribuera à sauver des vies, réduire la corruption et le gaspillage, et d'offrir durablement des changements positifs dans les pays les plus pauvres du monde. 

     Je vous remercie,

     

    --------------------------------------------------------------------------------------

     

    Dear , 

    Overseas aid makes a real difference. It can save lives, put children into school, and reduce extreme poverty. But at the moment we don’t have a full picture of how much money is being spent, where, or on what. With more information, citizens would be able to see where and how aid is spent, putting them in a better position to demand that it is spent effectively. 

    Join me in calling on governments to make aid transparent: 

    http://act.one.org/sign/make_aid_transparent?referring_akid=.5609205.hDV84h&source=taf 

    Providing more and better information about aid isn’t hard, and it will help save lives, reduce corruption and waste, and deliver lasting positive change in the world’s poorest countries. 

    Thank you, 


    votre commentaire
  • http://i43.servimg.com/u/f43/12/83/95/61/billga10.jpgL’organisation non gouvernementale ONE, cofondée par le chanteur Bono, a accueilli favorablement aujourd’hui le rapport de Bill Gates sur le développement et exhorté les dirigeants du G20 à adopter sa « formule audacieuse ».

    « Alors que les dirigeants du G20 jouent un nouvel acte de la tragédie grecque, Bill Gates leur propose un dénouement unique. Son rapport démontre qu’un accord mondial sur les investissements, l’aide et des taxes innovantes est non seulement désirable, mais réaliste », indique Guillaume Grosso, le directeur de ONE France, depuis Cannes.

    « A quelques exceptions près, les dirigeants du monde ont discrètement renoncé aux promesses faites aux pays les plus pauvres en espérant que personne ne s’en apercevrait. Mais Gates montre que des solutions simples sont à portée de main pour financer la lutte contre la pauvreté. Les dirigeants n’ont plus d’excuse. Ils doivent adopter la formule audacieuse de Gates, qui peut stimuler la croissance mondiale et éradiquer l’extrême pauvreté en l’espace d’une génération », a ajouté Guillaume Grosso.

    Le rapport de Bill Gates montre pour la première fois comment générer des recettes suffisantes pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement et éviter des conséquences catastrophiques de la crise dans la zone euro – non seulement pour l’Europe et le système financier international, mais aussi pour les pays en développement, touchés de plein fouet par cette crise qu’ils n’ont pas provoquée.

    « L’Afrique n’est pas un problème supplémentaire, c’est une part essentielle de la solution à la crise. Avec 500 millions d’habitants en âge de travailler et six des dix économies les plus dynamiques du monde, le G20 passerait à côté d’une immense opportunité s’il ne voyait pas l’Afrique comme un antidote à la maigre croissance mondiale », a ajouté Guillaume Grosso.

    Au cœur du rapport de Gates se trouve l’idée que la source majeure de financements pour le développement viendra des pays en développement eux-mêmes. La transparence et l’accès à l’information sont des facteurs fondamentaux pour s’assurer que les recettes domestiques profitent bien aux populations locales. Aussi, Gates a déclaré que tous les pays du G20 devaient se doter de mesures légalement contraignantes qui doivent obliger les sociétés minières, gazières et pétrolières à publier ce qu’elles versent aux pays dont elles exploitent les ressources.

    « L’application immédiate des propositions de Gates est plus urgente que jamais. Chez ONE, nous appelons le G20 à faire sien ce rapport et à s’entendre dès aujourd’hui sur un plan d’action. Nous demandons au Président Felipe Calderon qu’il sollicite un rapport d’étape qui puisse être présenté au prochain G20 à Mexico dans 7 mois ».

    ONE est une organisation mondiale de plaidoyer et de campagne, cofondée par Bono, qui lutte contre l’extrême pauvreté, essentiellement en Afrique. ONE est soutenue par plus de deux millions de personnes à travers la planète et compte 20 000 membres en France. Pour plus d’information : www.one.org/fr


    votre commentaire
  • http://i43.servimg.com/u/f43/12/83/95/61/73253710.jpgBono et son organisation humanitaire ONE ont lancé une grande opération de soutien à la Corne de l'Afrique, victime d'une sécheresse tragique entraînant une terrible famine. Le leader du groupe U2 a rassemblé des stars internationales et françaises pour faire passer ce message d'urgence à travers deux vidéos. Sur le site de l'organisation, les motivations sont claires : "Dans quelques semaines, la France accueille le sommet du G20 à Cannes. C'est une occasion unique pour inciter nos dirigeants à tenir leurs promesses pour enfin briser le cycle de la famine. La sécheresse est un phénomène naturel, mais la famine ne l'est pas ! Nous ne demandons pas votre argent, mais votre voix." Le G20 à Cannes ? C'est cette semaine...

    Lundi soir à Paris, à l'initiative de la mairie et de l'organisation One, les films de la campagne "Putain de famine : l'obscénité n'est pas là où on le croit", auxquels ont participé Vincent Cassel, Sophie Marceau, George Clooney ou encore Jessica Alba ont été diffusés sur la façade de l'Hôtel de ville. Les bénévoles de l'association et quelques-uns de leurs soutiens comme le photographe Yann Arthus-Bertrand et le comédien Frédéric Diefenthal étaient réunis. Leur objectif est simple : vous répéter encore et toujours qu'il y a urgence, mais qu'ensemble, nous pouvons "mettre fin à la faim".

    Les 3 et 4 novembre s'ouvrira le sommet du G20 à Cannes réunissant les 20 premières puissances mondiales. L'organisation non gouvernementale One entend peser de tout son poids sur nos dirigeants pour intervenir dans la Corne de l'Afrique, où la famine a déjà coûté la ville à plus de 30 000 enfants.

    Agissant dans la même optique d'aide d'urgence, l'Unicef a réuni une soixantaine d'artistes pour chanter Des Ricochets, un single inédit extrait de l'album caritatif Paris-Africa, à l'unisson pour les enfants. Le single est disponible en téléchargement légal.

     

    Source Purepeople


    votre commentaire
  • A toutes et tous ceux que je connais (ou qui me connaissent), 

    J'espère que vous prendrez quelques minutes de votre temps pour regarder  la nouvelle video d ONE.org, "Un future sans famine", et signerez la pétitions pour les dirigeants du monde.

    http://www.one.org/c/international/actnow/4092/ 

     

    Les raisons de la famine dans la corne de l'Afrique sont complexes et les solutions difficiles, et tout particulièrement en Somalie, mais nous ne devons pas perdre de vue quelques faits simples :

    1. 30.000 enfans sont mort en  3 mois. Trente milles. Et 12 million de personne en danger.

    2. La famine n'est pas une catastrophe naturelle - la sécheresse ne mène pas à la famine.  Cela peut être éviter, comme nous pouvons le voir aui Kenya et en Ethiopie.

    Au 21è siècle, il est obsène que des gens meurent par manque de nourriture.  Chacun de ses 30.000 enfants et le membre d'une famille - un frêre, une soeur, une fille, un fils.  Nous ne pouvont pas imaginer ce que cela doit être de mourrir de faim, mais chacun sait ce que représente la perte d'un proche que l'on aime..

    S'il vous plait, regarder le film et utiliser votre voix -- signez la pétition.

    http://www.one.org/c/international/actnow/4092/ 

    Cela permmettra de faire pression sur les laders mondiaux afin de faire plus pour ceux dans le besoin maintenant, et de respecter les promesses déjà faites et de leprouver par des actes - systèmes d'alertes précoces ... l'irrigation ... les semences résistantes à la sécheresse ... et bien sûr, la paix et la sécurité.

     

    Merci !


    votre commentaire
  •  

    http://i43.servimg.com/u/f43/12/83/95/61/one10.jpgLes pays riches doivent continuer à aider les plus pauvres, notamment en Afrique, malgré la crise, mais les ONG ne doivent pas faire comme si celle-ci n'existait pas, estime la rockstar irlandaise Bono dans un entretien exclusif accordé mercredi à l'AFP.

    De passage à Paris où il devait rencontrer le président Nicolas Sarkozy à deux semaines du sommet du G20, le leader du groupe U2, qui a fondé une organisation non gouvernementale, ONE, pour lutter contre la pauvreté, veut démontrer aux Français les bienfaits de l'aide.

    - QUESTION: Qu'attendez-vous du sommet du G20, au moment où les pays riches traversent une grave crise économique qui les oblige à se serrer la ceinture?

    - REPONSE: Je ne veux pas faire l'autruche militante qui enfouit sa tête dans le sable, comme un disque rayé qui répète sans cesse la même chose: "vous n'avez pas tenu vos promesses, vous n'avez pas tenu vos promesses"! Bien sûr, nous demandons aux pays riches de tenir leurs promesses, mais il faut avoir un peu d'empathie pour ce que les gens traversent. Ce sont des moments très difficiles, la crise dans la zone euro peut vraiment affecter la qualité de vie des gens.

    - Q: L'opinion publique et les Etats risquent donc de couper dans les budgets de l'aide au développement...

    - R: C'est un fait, avec la crise les pays riches peuvent être moins généreux. Mais les coupes budgétaires ne peuvent pas coûter des vies humaines. Les Français savent qu'ils sont très généreux. Il faut leur expliquer ce qui est réalisé avec leur argent: la France est leader dans la lutte contre le paludisme, contre le VIH/sida, et maintenant contre la corruption qui tue plus d'enfants que le paludisme. C'est un usage bon et efficace de leurs impôts.

    - Q: Pourquoi faut-il continuer à aider l'Afrique?

    - R: Ce n'est pas seulement un impératif moral, en fait c'est aussi un impératif stratégique pour l'avenir. Ce sont des emplois! L'Afrique est potentiellement notre principal partenaire commercial, qui peut tirer l'industrie française de manière inimaginable! La France est en position unique pour tisser une relation avec l'Afrique, qui sera le principal moteur de la croissance à partir des années 2050.

    Il faut mobiliser les ressources locales. L'initiative pour la transparence dans les industries extractives, par exemple: ça ne coûte rien. L'Afrique est un continent très très très riche, et il faut réussir à sortir cette richesse de sous les pieds des gens pour la mettre entre leurs mains.

    - Question: Avec la crise, les Etats européens semblent enfin décidés à créer une taxe sur les transactions financières, réclamée par les ONG, mais ne risquent-ils pas d'en affecter le produit à leur propre désendettement plutôt qu'au développement des pays pauvres?

    - Réponse: Nous devons accepter le fait qu'une part de cette taxe serve à aider les pays riches à sortir de la crise d'une manière ou d'une autre. Mais on peut imaginer que la part allant à la lutte contre les inégalités dans le monde augmente au fur et à mesure que la crise est derrière nous. Je pense que la taxe va enfin voir le jour, même si ce risque qu'elle soit détournée est réel. Ce que je ne voudrais pas, c'est une situation où un blocage sur la taxe bloque tout le reste.

    - Question: Comment avez-vous trouvé la réaction de la communauté internationale face à la famine dans la Corne de l'Afrique?

    - Réponse: Les bailleurs de fonds ont mis du temps à réagir. Ils étaient tellement concentrés sur leur idée de "nouvelle Afrique" qu'au début de la famine, ils étaient dans le déni. Ils ne voulaient pas croire qu'on en était revenus à ce qu'a connu l'Ethiopie dans les années 1980. Et intervenir c'est compliqué, il y a une guerre civile (en Somalie, NDLR)... Mais ça ne veut pas dire qu'il ne faut rien faire: 30.000 enfants sont morts ces trois derniers mois.

    Il faut aussi insister sur le fait que ce n'est pas normal qu'il y ait une famine. Ce n'est pas une fatalité. On devrait faire en sorte qu'une sécheresse ne se transforme pas systématiquement en famine.

    Q: N'y a-t-il pas un risque à aider des régimes qui sont souvent corrompus?

    R: Si des régimes corrumpus qui oppriment leur population reçoivent beaucoup d'argent de la part d'un donateur, il faut que cela se sache. Il faut que tout soit transparent.

    Source AFP

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique