• http://i43.servimg.com/u/f43/12/83/95/61/one_110.jpgL'Afrique est la grande absente du débat de la campagne présidentielle, alors qu’elle présente un énorme potentiel pour la France. Partant de ce constat, ONE a décidé d’interpeller les candidats à l’Élysée sur la nécessité de refonder les relations franco-africaines au cours du prochain quinquennat.

    A quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle française, l’organisation non-gouvernementale, co-fondée par Bono et d’autres militants pour lutter contre l’extrême pauvreté, lance sa campagne ONE Vote 2012 destinée à sensibiliser les citoyens aux questions de développement et appelant les candidats à prendre des engagements fermes et définitifs pour un nouveau partenariat avec l’Afrique. 

    Les Français peuvent signer une pétition exigeant des candidats qu’ils s’engagent à changer les relations France-Afrique et pourront juger et noter les réponses des candidats sur le site de la campagne: one.org/onevote2012  

    "La question aujourd’hui n’est plus de savoir si la France doit refonder son partenariat avec l’Afrique et mettre fin à certaines pratiques détestables, mais si elle veut le faire et comment. C’est une question de volonté politique. Notre campagne vise à mettre en lumière ces problématiques et à donner quelques clés aux futurs décideurs", a déclaré Guillaume Grosso, le directeur de ONE France. 


    Publié le 14/03/2012 sur Podcast journal

    votre commentaire
  • http://i43.servimg.com/u/f43/12/83/95/61/riocon10.jpgSelon le journaliste Leo Dias du journal brésilien "O Dia", Bono serait l'un des principaux invités de la prochaine conférence des nations unies sur le développement durable qui se tiendra à Rio de Janeiro du 20 au 22 juin prochain. 

    Le journaliste ajoute même que Bono devrait chanter lors d'une fête organisée sur la plage de Copacabana le 24 juin ce qui, si l'information est confirmée, devrait quand même donner lieu à une belle pagaille ! 

    Pour l'instant, nous préférons donner cette information sous toutes réserves car le site de la conférence "Rio +20" est actuellement muet à ce sujet. 


    Publié le 13/03/2012 sur U2achtung

    Lien permanent vers la news : http://www.u2achtung.com/01/news/news.php?id=3446


    votre commentaire
  • http://i43.servimg.com/u/f43/12/83/95/61/one_110.jpgPARIS - Les ONG One, cofondée par le chanteur irlandais Bono, et EG Justice, dénoncent jeudi la corruption entourant la Coupe d’Afrique des nations (CAN), à deux jours de son ouverture, et demandent à l’Union européenne d’adopter des lois de transparence sur les investissements en Afrique.

    Alors que les stars africaines des clubs de football européens s’apprêtent à participer à la CAN au Gabon et en Guinée équatoriale, les deux ONG appellent l’UE à adopter rapidement de nouvelles règles qui forceraient les sociétés multinationales opérant en Guinée équatoriale à publier les paiements, en argent ou en nature, faits au gouvernement en contrepartie de l’exploitation du pétrole.

    Elles soulignent dans un communiqué que grâce à ses réserves de pétrole, la Guinée équatoriale affiche le revenu par habitant le plus élevé d’Afrique.

    Malabo est le troisième producteur de pétrole subsaharien, derrière le Nigeria et l’Angola.

    Mais alors que des milliards d’euros ont été dépensés par le gouvernement pour bâtir des infrastructures destinées à impressionner les visiteurs étrangers et à divertir une petite élite locale, la majorité de la population n’a pas accès aux services de base.

    EG Justice, qui milite pour l’état de droit en Guinée équatoriale, estime notamment que le secret d’Etat permet au gouvernement de dépenser l’argent à sa guise. Au moins treize palaces présidentiels ont été construits à travers le pays, ce qui fait en moyenne un palais pour 54.000 habitants. Cela démontre un dédain choquant pour les besoins de la population , relève-t-elle.

    Les deux ONG rappellent que l’Union européenne a proposé en octobre dernier l’introduction d’une législation qui obligerait les sociétés gazières, minières, pétrolières et forestières à publier les détails de leurs opérations financières pour chaque projet dans chaque pays où elles interviennent.

    La Guinée équatoriale démontre avec éclat pourquoi l’Europe doit adopter une loi pour obliger à la publication des sommes reçues par un gouvernement en échange de ses richesses naturelles, soulignent les ONG.

     

    (©AFP / 19 janvier 2012 18h31) 


    votre commentaire
  • http://i43.servimg.com/u/f43/12/83/95/61/tombou10.jpgTOMBOUCTOU (Mali) (AFP) - A Tombouctou, mythique ville du nord malien où des touristes ont été enlevés et un tué en novembre par Al-Qaïda, des milliers de personnes - dont des Occidentaux - ont défié les consignes sécuritaires... le temps d'un festival sur les dunes avec la rockstar Bono.

    "Je suis là parce que d'abord j'aime le désert", dit Kateely, une sémillante Américaine parmi les quelques dizaines de touristes ayant bravé les recommandations de leurs pays à éviter cette région du vaste désert malien affecté par les activités d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

    "Ensuite", dit-elle, "ne pas venir" à Tombouctou, "c'est isoler davantage" la zone.

    Nuit de vendredi à samedi. Le "Festival au désert", rendez-vous culturel annuel depuis dix ans, est à son deuxième jour. Le thermomètre qui affiche 12 degrés Celsius n'a pas découragé les spectateurs.

    En chèche, manteau, veste ou chaussettes doublées sous les sandales, ils sont environ 3.000, massés autour de la scène: une estrade dressée au milieu de quatre dunes de sable ou défilent pendant trois jours des artistes maliens, nigériens, mauritaniens, soudanais, indiens, canadiens...

    Cela fait déjà une heure que se déroule le concert lorsque les projecteurs s'affolent et qu'une clameur s'élève. C'est Bono, leader du groupe U2 et invité-vedette, qui arrive. Tout de noir vêtu, coup de rein à gauche, puis à droite, l'Irlandais lève la main vers les spectateurs et hurle "Nous sommes tous ici des frères!", déclenchant l'hystérie de jeunes filles qui tentent de monter sur scène, sans succès: ses quatre gardes du corps veillent, tout comme le discret dispositif de sécurité encadrant l'évènement.

    Le public, debout, applaudit à tout rompre le rocker, qui est rejoint sur scène par le groupe malien Tinariwen, composé de Touaregs, que certains surnomment "la voix des déserts".

    Sa prestation finie, Bono s'éclipse sur d'enthousiastes "merci! merci"! de la foule. "Il est arrivé (à Tombouctou) malgré tout ce qu'on dit sur la sécurité ici. Nous n'oublierons jamais ce qu'il a fait", lance le musicien malien Bassékou Kouyaté.

    Fin novembre, cinq Occidentaux ont été enlevés dans le nord du Mali, dont trois à Tombouctou. Un autre y a été tué en tentant de résister à ses ravisseurs.

    Les rapts et le meurtre ont été revendiqués par Aqmi qui, à quelques heures de l'ouverture du festival, jeudi, avait menacé de tuer les otages, en faisant état "d'opération militaire" en préparation et en mettant en garde leurs pays d'origine: France, Royaume-Uni, Pays-Bas et Suède.

    Nok, étudiant touareg, est venu du Maroc par militantisme, "pour dire +Non au terrorisme+". "C'est notre devoir", dit-il.

    "Regardez les moyens déployés par l'Etat pour assurer la sécurité du festival", lâche son voisin, montrant une dizaine de "technicals" (véhicules chargés de mitrailleuses).

    Une Française explique avoir fait "clandestinement" le voyage pour assister au festival. "Si mon pays le savait, on allait me l'interdire".

    Un banquier britannique indique anonymement avoir relié Londres à Tombouctou à bord d'un jet privé, peu soucieux des consignes officielles. "J'aime cette ambiance! J'aime le climat! Et les organisateurs (du festival) m'ont donné des assurances" quant à la sécurité.

    "Il y a quelques années, ce sont des milliers de touristes qui accouraient vers le festival. A cause de la situation, ils ne sont aujourd'hui plus que quelques dizaines. Aqmi a gagné la première manche", déplore Bachir, un informaticien.

    En dépit des risques, Manny Ansar, directeur du festival, a maintenu la manifestation. "C'est très important, malgré tout ce qui s'est passé, que l'événement de déroule", déclare-t-il.

    Alous, patron d'une auberge, s'inquiète pour l'avenir. "Il faut tout faire pour amener les touristes", sinon "il n'y aura pas d'entrée d'argent, et la jeunesse de Tombouctou n'aurait rien à se mettre sous la dent, et c'est la porte ouverte à tout".

    Source Libération.fr © 2012 AFP


    votre commentaire
  • http://i43.servimg.com/u/f43/12/83/95/61/bono-g10.jpgComme je vous en faisais par cette semaine dans cette news, Bono était en tournée en Afrique pour ONE.

    Voici un billet écrit par  DEBBIE MCGOLDRICK sur U2france.com

    Cette semaine Bono, le chanteur leader de la formation rock irlandaise U2,divertit un groupe bi-partisan de six sénateurs américains au Ghana où il oeuvre au nom de son groupe de défense de l’Afrique, ONE. Ces sénateurs – parmi lesquels figure la pointure du barreau Kay Hagan de Caroline du nord, sont républicains – sont en tournée dans ce pays pour constater les effets de projets financés en Afrique par des foinds de l’aide américaine.

    “Nous sommes excités qu’une délégation de congressistes aussi distinguée se déplace au Ghana et dans d’autres pays africaibs cette semaine pour constater les progrès résultant des investissements intelligents et efficaces américains et du dur labeur des Africains sur le terrain”, peut-on lire dans le communiqué diffus par ONE sur son site Internet.

    Bono dans sa quête d’assurer une justice économique et médicale pour les citoyens africains rencontrera tous sont partageant cette volonté de venir en aide à ce pays. Par le passé, l’un de ses alliés a été Rick Santorum, dont les quinze minutes de gloire du GOP (Grand Old Party (parti politique républicain américain) seront déjà histoire ancienne lorsque vous lirez ce papier.

    Lors de son mandat au Sénat Bono et lui-même ont étroitement collaboré à l’annulation de la dette des pays du tiers monde et à d’autres sujets touchant à la pauvreté dont la lutte contre la pandémie du sida en Afrique. A l’origine, Santorum avait été présenté à Bono par l’ex-congressiste représentant du GOP en Ohio John Kasich, aujourd’hui gouverneur de ce même état.

     

    Source U2france.com


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique