• La pertinence avant les ventes : pourquoi U2 a annulé sa tournée 2014Il semblerait bien que les quatre derniers mois de l’année 2014 passeront sans album ni tournée à l’horizon pour la formation rock irlandaise U2.

    Les forums en ligne d’authentiques fans de U2 croulent sous les commentaires relatifs à la décision classique n°1 du groupe de ne rien sortir cette année reportant tous ses projets à 2015. Certains fans vont même jusqu’à imputer la faute au changement de manager. Peut-être bien… Qui sait, après tout ? D’autres commentaires sont plus légitimes. Notamment ceux selon lesquels lorsqu’il s’agit de U2, il n’est absolument pas question de transiger sur la qualité authentique du son. Nos 4 paddies accordent bien plus d’importance à la qualité qu’à la quantité. Jusqu’ici, les résultats sont insuffisants.

    "Cette magie que le groupe semble toujours saisir ... il leur reste à la capturer", aurait confié une source reprise par Billboard.

    D’une certaine façon, c’est décevant. U2 a inauguré l’année 2014 avec un Golden Globe. Le groupe a donné de belles performances pour le Tonight Showavec Jimmy Fallon et lors de la cérémonie des Oscars. Il a sorti un titre à but caritatif pour le Superbowl. D’une certaine manière, tous ces faits combinés concourent généralement à quelque chose de bien plus grand, plus vaste qu’un album et une tournée, mais tout cet artifice n’a abouti qu’à un pauvre murmure.

    L’industrie musicale, dans sa proportion mondiale, sait parfaitement pourquoi le pouvoir/la puissance de U2 reste intacte. Son honnêteté à réfléchir sur son époque au travers de ses chansons et textes perdure malgré le temps qui passe. Ses membres ne sont pas des automates. Ils vieillissent comme tout le monde et cela les a ralenti.

    U2 veut que cet album maintienne, si ce n’est surpasse, le succès de ses précédents tubes salués par la critique à l’unanimité. En même temps, ils veulent être en forme et préparés mentalement parlant pour l’énergie et la passion requises par la tournée. En attendant, tous leurs efforts se concentrent sur le studio pour trouver ce facteur X qui capturera la magie, pour ainsi dire. Une fois qu’ils auront trouvé ce précieux sésame, ils pourront confronter en toute confiance le monde de la musique à leur nouvel opus.

    Ce n’est pas une mince raison pour motiver un temps aussi long pour parachever cet album. En fait, c’est parfaitement louable. Ils veulent littéralement subjuguer leur audience avec leur son, le genre digne d’une préservation retenue par la postérité et c’est pourquoi, ils ont besoin de temps.

     

    En savoir plus : Franchise Herald

     

    Publié le 19/08/2014 par U2france.com

     


    votre commentaire
  • Hôtels de stars: The Clarence de BonoPourquoi Bono et The Edge ache­tèrent-ils en 1992, à Dublin, The Clarence, hôtel vieillis­sant? Tout d'abord pour répondre à des besoins très natu­rels ! Réali­sa­tion: Anne-Marie Catte­lain-Le Dû, Photos Cyril Le Tour­neur d’Ison

    C’est auProject Arts Centre de Dublin, comme de nombreux groupes des années quatre-vingt, que U2 donne ses premiers concerts. Un lieu alter­na­tif, au cœur de Temple Bar, zone alors quasi en friche, sur la rive sud de la Liffey. Spar­tiate, la salle de concert ne dispose, à cette époque, ni de bar, ni de toilettes. Qu’à cela ne tienne, The Clarence, deux étoiles pâlis­sant, juste en face, offre l’un et l’autre. Contraint et forcé, le direc­teur accueille pendant l’en­tracte et à la fin des repré­sen­ta­tions, la « faune » du Project, machino, musi­ciens, fans.

    Deve­nus stars plané­taires, Bono et The Edge fréquentent toujours le Project pour décou­vrir les gloires de demain. Un jour, appre­nant que The Clarence est à vendre, ils s’en portent acqué­reurs. Ensemble ! Trop de souve­nirs, de soirées, de musique, les lient à cette façade de briques clas­sée. Bono, le petit gars des quar­tiers nord de Dublin dont le père était un « Dub », un dur, s’at­tache viscé­ra­le­ment au Clarence qu’il trans­forme en quatre étoiles contem­po­rain. Les travaux termi­nés, en 1996, il impro­vise sur l’un des toits terrasses un concert.

    Les passants en contre­bas ne comprennent pas d’où jaillissent ces airs et ces voix qu’ils adorent. Un gag au cœur de Temple Bar, qui, grâce à U2, s’est méta­mor­phosé en quar­tier bran­ché, mélange de Saint-Germain-des-Prés et d’Ober­kampf. Fief de Bono et de sa bande. Combien de photos iconiques du groupe ont été shoo­tées sur Ha’penny Bridge, dont l’élé­gante struc­ture métal­lique s’élève à deux pas du Clarence ? Combien d’images ont été prises sous Market Arch, débou­chant sur la rue qui flirte avec l’hô­tel ? Ici, U2 est en terri­toire conquis. Et Bono a fait du Clarence son repère. Il aime y fêter, le 10 mai, son anni­ver­saire, priva­ti­sant le penthouse. Dès qu’il est en Irlande, il habite non loin de Dublin, à Dalkey sur la côte, il débarque avec les siens pour dîner et savou­rer le vin produit dans son domaine, Château La Coste en Provence. Une bouteille de La Cuvée Lisa, garnit d’ailleurs les mini­bars des chambres.

    Aux murs, aucune photo de Bono et des autres mais des toiles origi­nales de Guggi, son ami d’en­fance, ex des Virgin Prunes. Désor­mais peintre coté, ses œuvres s’af­fichent dans les gale­ries du monde entier. "Curieu­se­ment, raconte Bono, les deux copains avec lesquels j’ai grandi dans ma rue sont deve­nus artistes : Guggi, peintre, Gavin, musi­cien. Nous sommes comme les doigts de la main. Une famille." Bono est un fidèle, un senti­men­tal. Pour preuve encore, qui dirige The Clarence ? Michael O’Con­nor, un colosse, débor­dant de gentillesse, long­temps garde du corps, inten­dant, régis­seur du groupe, cloué au lit pendant de longs mois après un acci­dent. Bono lui a confié les rênes de son quatre étoiles, où il a toujours souhaité « que l’ou­vrier comme la rock star s’y sentent at home, trinquant au coude à coude à l’Oc­to­gon, le bar. » Pari réussi, car si Clin­ton adore louer le Penthouse comme le faisait Steve Jobs, le patron disparu d'Apple, les fans, de toutes origines et de tous âges, composent 50% de la clien­tèle, appré­ciant la convi­via­lité du Clarence. Tatoués au look bikkers, filles de cuir vêtues, jeunes Anglaises et Améri­caines, que le moindre photo­graphe affolent et qui lèvent spon­ta­né­ment leur jupe pour esquis­ser quelques pas de danse en criant… Très rock’n’­roll ! Très U2.

     

    Publié le 15/08/2014 par Gala.fr


    votre commentaire
  • Daniel Lanois parle de l’album très attendu de U2À l’instar des légions d’admirateurs de U2, Daniel Lanois attend avec impatience le 13e album studio du groupe irlandais, dont la sortie a été trop longtemps reportée.

    Le producteur récompensé à sept reprises d’un prix Grammy - qui n’a pas mis la main à la pâte cette fois-ci - affirme qu’on peut s’attendre à un excellent album quand il finira par voir la lumière du jour. Selon la rumeur, il serait produit par Danger Mouse.

    «Bono m’a fait écouter le nouvel album il y a un an, et j’y ai entendu des trucs formidables», a dit Lanois à l’Agence QMI. «Je peux à peine imaginer ce qu’ils ont fait depuis. Je n’en peux plus d’attendre pour écouter cela.»

    L’album sans nom devait sortir en avril, mais tout a été reporté à l’été. Selon le quotidien Irish Times, des rumeurs veulent qu’une nouvelle série de pièces voie le jour en septembre ou octobre.

    Daniel Lanois suggère une explication au rythme lent du groupe. «Ce sont des gens très intelligents qui exigent beaucoup d’eux-mêmes. Ils sont sans doute dans un moment qui est à la fois saisissant et puissant.»

    Il admet qu’il est heureux de ne pas être en train de bosser avec eux en studio. «Je suis content de ne pas participer à l’album cette fois-ci, car je ne crois pas que j’y aurais survécu», affirme-t-il en riant. «Et ils n’auraient peut-être pas survécu eux non plus.»

     

    Publié le 15/08/2014 par journaldequebec.com


    votre commentaire
  • U2 tournerait un clip dans des studios niçoisU2 serait-il en train de tourner un clip dans les studios de la Victorine à Nice ? Tout porte à le croire...

    C'est vous qui travaillez pour Nice-Matin ? Vous n'avez rien à faire là. Le site a été privatisé. Je vais vous demander de bien vouloir partir. Vous avez tout intérêt à m'écouter sinon c'est le service de sécurité américain qui va prendre le relais. Ce ne sont pas des tendres… »

    Ainsi s'est achevée, ce mercredi matin, notre incursion dans les studios Riviera du site de La Victorine. Il était 11 h 40. Retour vers le portail. Sans ménagement. Ni réponse à nos questions.

    Il était trop tard pour jouer la carte du mutisme. Nous en avions suffisamment vu et entendu pour accorder un crédit certain à la rumeur annonçant la présence du groupe de pop irlandais U2, dans le cadre du tournage d'un clip.

    « Téléphones portables interdits »

    Il est des signes qui ne trompent pas. Notamment la présence de dizaines de camions remplis de matériels de musique et de spots de lumière. Mais aussi cette immense plate-forme posée au cœur du studio 1.

    Une plate-forme bien ronde tapissée en vert. Qui ne semble attendre qu'un tour de passe-passe numérique pour se transformer en scène de concert.

    Et bien sûr, il y a ce déploiement surréaliste d'agents de sécurité aux accents britanniques. Mais aussi ces infinies précautions qui ne peuvent accompagner que les mégastars. A commencer par U2 déjà victime d'un piratage en 2004.

    « Il paraît que ceux qui participent au projet n'ont pas le droit de rentrer dans la zone de tournage avec leur téléphone portable, témoigne un salarié qui travaille à côté du studio 1. C'est digne de la venue d'Obama pour le G20. Personnellement, je n'ai pas vu les membres du groupe. Mais je ne doute pas un instant que tout cela est pour eux. Tout le monde le dit ici. Ils sont arrivés mardi vers 11 heures. »

    Nouvel album ou prochain film ?

    Compte tenu de la présence d'un traiteur sur le site de La Victorine jusqu'au 18 août, on peut imaginer que Bono et sa bande vont y rester le même temps. Le leader du groupe, déjà aperçu à Saint-Tropez en juillet, dort donc probablement cette semaine dans sa villa d'Èze.

    Concernant le clip, difficile de savoir de quoi il s'agit précisément. Peut-être de la mise en images du premier morceau de leur nouvel album annoncé en 2015. À moins que ce ne soit pour le prochain film de John Carney, Sing Street. Puisque le groupe irlandais va réaliser l'essentiel de la bande originale.

     

    Publié le 14/08/2014 par nicematin.com


    votre commentaire
  • The Edge partage ses secrets avec nos rock stars en herbeThe Edge, le guitariste de la format rock irlandaise U2, ne voit aucun problème à révéler ses secrets pour parvenir au succès.

    Hier, il a donné une "jamming session" (NDLT : session où l’on tape le bœuf) au Cauldron Recording Studios, de Dublin, pour coïncider avec l’annonce que U2 et l’Ireland Funds poursuivraient leur cofinancement de Music Generation, une initiative qui permet à de jeunes enfants d’accéder à des cours de musique de haute qualité dans leur région.

    Le département de l’enseignement et des talents a débuté la phase de cofinancement le mois dernier.

    The Edge a tenu à insister sur l’importance d’encourager la créativité et la capacité artistique lorsqu’il a rencontré les étudiants du programme Music Generation de Limerick.

    U2 a débuté sa carrière alors que ses membres étaient élèves au Mount Temple Comprehensive School et le groupe est reconnaissant des encouragements et du soutien qu’il a reçus.

    "Nous avons eu la chance d’être dans une école avec un enseignement musical génial et c’est la raison pour laquelle Music Generation a autant d’importance pour nous", de confier The Edge.

    "Nous sommes particulièrement fiers de sa réussite et du fait que ce programme se poursuivra dans le futur."

     

    Publié le 13/08/2014 par Kirsty Blake Knox pour U2france.com


    votre commentaire